AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Par une douce soirée d'été... [Sujet seul]

Aller en bas 
AuteurMessage
Damon Stanford
Sex,Blood & Bourbon
avatar

Messages : 169
Date d'inscription : 18/09/2011
Localisation : suivez les cadavres saignés à blanc...

MessageSujet: Par une douce soirée d'été... [Sujet seul]   Mer 21 Sep - 20:54

La nuit venait de tomber sur la ville. Une ville pourtant pleine de vie malgré le soleil déjà disparut derrière l’horizon. Nous étions samedi soir. Les jeunes gens sortaient pour s’amuser et les moins jeunes sortaient également pour profiter du peu de temps libre qu’ils avaient: leur vie était bien ennuyeuse… Moi aussi je m’ennuyais. Je n’avais eut aucune compagnie depuis mon arrivée ici, enfin aucune bonne compagnie. Marie Lawny était ennuyante à mourir…façon de parler…

- Je sort ! Criais-je a ma descendante.

J’ouvris la fenêtre et sautais. J’atterrit alors comme un oiseau de la nuit sur le sol de la petite ruelle sur la quelle donnait la fenêtre de ma chambre. Une fois debout je regardais la fenêtre se refermer derrière moi: mon hôte savait parfaitement suivre à la lettre les instructions: j’aimais mon don.
Où pourrais-je faire la fête ce soir ?

- Ouais je suis sur le chemin là, j’arrive ! Entendis-je.

Je venais de trouver ce que je ferais ce soir, je me décalais un petit peu et la jeune femme me heurta de plein fouet. Elle s’excusa et je lui souris:

- Ce n’est rien, dépêchez-vous vous semblez pressée…

Je lui souris et lui tendis la main pour l’aider à se relever. Elle me regarda comme si elle avait vu la vierge puis secoua la tête et me sourit en bafouillant des excuses. Je souris alors encore une fois à la manière du plus grand des charmeurs. Elle s’excusa a nouveau et commença a partir, je marchais doucement et comptai dans ma tête « un… deux… »

- Excusez-moi !


Je me tournais alors faisant mine de ne pas m’y attendre:

- Oui ?


- Vous faites quelque chose ce soir ? Je suis invité à une fête mais je ne connais personnes, vous ne voudriez pas venir me tenir compagnie ?

- Et bien euh…pourquoi pas…


La pauvre n’avait aucune chance contre moi, j’avais des siècles d’expérience de plus qu’elle, le piège se refermait doucement sur elle: j’étais invité à une fête privée qui serait pour moi un buffet à volonté.
Jouer les séducteur était d’une facilité choquante, je me demandais toujours comment c’était possible mais les gens tombaient a chaque fois dans le panneau, un petit sourire, quelques paroles délicatement dite et surtout un regard chaleureux suffisait à séduire n’importe quelle femme assez naïve pour croire a l’amour.

Nous marchâmes un peu puis prîmes le train et bien évidement elle ne me parla que d’elle, elle s’appelait Jena Noragme, elle vivait seule avec ses parents qui la soulaient, elle plein d’amis, elle était populaire et aimée… Toute ses phrases contenaient un « je », un « mon » ou « ma » ou encore des « moi ». Une de ses filles ennuyeuse et casse pied a qui on a envie de briser la nuque à chaque instant. Néanmoins si je voulais que le jeu dure que je devais me retenir pour le moment. Elle continua son monologue me parlant encore et toujours d’elle, je n’avais qu’a acquiescé ou engrainer en posant une question stupide et toute prête et elle repartait de plus belle.
Nous arrivâmes devant l’appartement où se passait la fête et elle sonna:

- Eh les gars qui a invité la folle ? Fit le gars à l’entrée en riant.

Il me vit ensuite et se poussa pour nous laisser passer: elle ne devait pas être si appréciée que ça cette Jena finalement.
Une fois la porte refermée je me tournais vers mon « amie »:

- Je vais aller voir s’il ne peut pas changer la musique, je reviens.

Et oui j’avais décidé de soigner ma mise en scène cette fois-ci. Je me rendis près de la rouquine qui s’occupait de la musique et lui demanda de mettre Sweet Dream de Marilyn Manson en me servant bien évidement de mon don. Je lui donnais quelques instructions et me rendit dans la cuisine. Il y avait un des gars qui buvait seul, je lui souris:

- Salut mec ! Me fit-il

- Bonsoir…a dieu !

Je lui sautais à la gorge et but un peu de son sang, suffisamment proprement pour ne pas en avoir sur mes vêtements mais pas suffisamment pour avoir la bouche propre: j’avais du sang qui coulait de mes lèvres. Pendant ce temps ma petite marionnette au cheveux de feu devait être entrain de verrouiller toutes les portes de l’appartement: nous étions au dernier étage, les fenêtres n’étaient pas un problème.
La musique que j’avais demandé retentit et la lumière s’éteignit.
Tout le monde attendit croyant à une surprise de leur hôte, mais ce dernier répliqua que ce n’était pas normal et demanda à ce qu’on cherche l’interrupteur de la lumière. La machine a fumée se mit en route et le gyrophare au dessus de la pièce également. Un cri retentit et tout le monde regarda vers le macchabé que j’avais déposer devant l’entrée de la cuisine.
Moi j’étais de l’autre coté. J’attrapais quelqu’un au hasard et lui cassais le bras. La musique enchaina maintenant sur Tainted Love, j’étais heureux de voir que ma marionnette respectait à la lettre mes instructions. Le crie de la fille que je venais de priver à tout jamais de l’écriture en lui arrachant les deux bras avait fait tourner les têtes de tout le monde vers moi. Je me déplaçais alors rapidement pour qu’on ne me voit pas. Petit a petit chaque personne de la salle décédait, il ne restait plus qu’une dizaine de personne, mon amie Jena qui m’avait offert cette magnifique soirée y compris.
Plus personne ne cherchait le bouton de la lumière, ils cherchaient tous un moyen de s’enfuir, se bousculant et se tapant, pensant que l’un d’eux était le responsable de tout ça. Personne ne remarquais mon amie rousse qui était toujours derrière la musique.
Jena réussit à ouvrir la porte d’une chambre et la referma, j’étais malheureusement pour elle déjà entré dans la pièce avant qu’elle ne referme la porte. Je me plaçais dans son dos et lui chuchotais à l’oreille:

- N’ai pas peur c’est moi ! Il faut que je te dise quelque chose si jamais tu meurt aujourd’hui… tu ne le dira a personne hein ? Je risque gros en te le disant, de toute manière tu ne dira rien n’est-ce-pas ?

- Qu’est-ce-que tu as fait ? Me demanda-t-elle en prenant peur

- Quelque chose qui m’a fait prendre un plaisir fou à le faire, quelque chose d’horrible…

Elle se tourna alors et vit ma bouche pleine de sang puis hurla. Je la mordis dans le coup et la vida ainsi de son sang, assis sur ce lit, dans cette chambre plongée dans la pénombre. « On devrait me remettre une médaille pour service rendu à la nation après le nettoyage de déchets de la société que je viens de faire » pensais-je

Je vidais de leur sang les derniers membres de la fête avant de demander a la jolie rouquine de découper en morceau le corps de ses amis.

Je sautais par la fenêtre et me retrouvais dans un jardin. Je m’essuyais la bouche avec le linge qui séchait et retournais dans la petite maison de Vaujours: je passerais une bonne nuit ce soir: j’avais bien mangé et surtout bien joué…


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
Par une douce soirée d'été... [Sujet seul]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Ô Douce Soirée | Événement - Partie I
» Début de soirée en milieu hostile ...
» Une soirée à l'auberge (libre)
» [BAL] Douce tromperie (PV Marie-Anne et Marine)
» Douce Missive... [Shaelyss]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
L'école Richelieu :: Le Monde Scrapates :: Paris-
Sauter vers: