AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Lily-Rosaline Deschanel ~ La musique c'est du bruit qui pense

Aller en bas 
AuteurMessage
Lily-Rosaline Deschanel
Romeo, take me somewhere we can be alone
avatar

Messages : 8
Date d'inscription : 19/05/2015

MessageSujet: Lily-Rosaline Deschanel ~ La musique c'est du bruit qui pense   Mar 19 Mai - 16:51



Lily-Rosaline Deschanel
Etudiante


Introduce Yourself
  • Nom: Deschanel
  • Prénom(s): Lily-Rosaline
  • Date/année/saison de naissance: Age: 22ans
  • Groupe: Etudiante
  • Espèce (sorcier, vampire, loups-garou, scrapate): Sorcière
  • Level: Level B
  • Don(s): Capacité à faire apparaitre des ailes blanches dans son dos et transformation en lapin nain
  • Emploi/niveau scolaire pour les étudiants: Etudiante à la fac en littérature et langues
  • Nom du dragon: Nimeria
  • Race du dragon: Dragon d'Argent
  • Nom de l'avatar: Taylor Swift

  • « Sometimes you make choices in life and sometimes choices make you.  »
    Gayle Forman, If I Stay


    Once Upon A Time


     « Je m’appelle Lily-Rosaline Deschanel et voici mon histoire. »  

    Je suis née le 21 juin 1992 à Édimbourg autrement dit dans la capitale du pays dont la météo est assez déplorable. Ma mère était artiste peintre, elle était grande et avait une silhouette élancée, elle avait une chevelure cuivrée qui dessinait des ondulations autour de son visage et des yeux vert, c’était une femme magnifique, elle était passionnée par l’art et très timide, elle ne s’exprimait quasiment que par la peinture, elle disait que les couleurs et les formes exprimaient mieux les émotions que les mots. Mon père n’était pas plus terre à terre, il était auteur et aimait particulièrement écrire des poèmes, lui trouvait que l’écriture permettait une meilleure expression des sentiments et des émotions que n’importes quels paroles au monde.
    C’est dans cet univers littéraire et artistique que je suis née, autant dire que j’étais prédestinée à devenir ce que je suis devenue si on peut dire.

    Mon enfance fut assez banale, ma mère prenait beaucoup soins de moi et mon père également, ma mère m’initiait aux arts visuels et mon père a l’écriture mais dès l’âge de 8ans ma passion fut tournée vers la musique, plus que n’importe quel art au monde c’était celui qui me correspondait le plus, celui qui résonnait en moi comme si la musique était devenue le sang qui coulait dans mes veines. C'est a cette même periode, assez tardivement donc, que je découvris quasiment en même temps l'apparition d'ailes dans mon dos que je pouvais faire apparaitre et disparaitre à ma guise et la capacité à me transformer en un lapin nain au pelage doré.
    Mes parents m’offrirent pour premier instrument un piano et m’offrirent des cours pour apprendre à en jouer. Mon enfance fut donc partagée entre les cours de musiques, les cours de langues et l’étude de la littérature, particulièrement la littérature française. Ma mère m’était un point d’honneur à ce que j’étudie l’art plastique tandis que mon père veillait à ce que j’étudie convenablement la littérature et les langues, particulièrement le français car il disait que nos origines bien que lointaines ne devaient pas se perdre et que nous devions être fier de venir d’une nation dont les plus grand auteurs étaient issus.

    Mais hélas comme après une belle journée la nuit tombe, après cette enfance douce et délicieux vint la tragédie digne des plus grand romans.
    Je suppose que comme tout artiste mon père comme moi avions besoin d’un drame dans notre vie afin de nous torturer pour que notre art soit à son apogée mais à l’instar de tous ceux qui avaient subi ça nous nous en serions agréablement passé d’autant plus que notre art n’en était pas plus productif bien au contraire.
    C’est l’année de mes 14ans que ma mère perdit la vie lors d’un accident de voiture alors qu’elle venait me chercher au conservatoire après mes leçons de piano. La culpabilité me ronge encore parfois pendant certains moments de solitude mais je m’efforce de les effacer de mon esprit. Si je n’avais pas été au conservatoire, serrait-elle encore de ce monde ? Si j’avais réussi à être autodidacte ? Si je n’avais pas choisis la musique comme passion ? Si je n’avais jamais touché au clavier d’un piano ?
    Pendant de longues années, le piano était devenu mon ennemie, me rappelant que j’étais fautive dans la mort de ma mère et que si la musique n’était pas entrée dans ma vie, ma mère en ferrait toujours partit. Je n’étais pas la seule bouleversée par cet évènement, mon père abandonna également le monde de l’écriture, incapable de mettre du cœur à l’ouvrage et incapable d’écrire quoi que ce soit. Ce fut une période sombre pour lui comme pour moi, c’est alors que nous devînmes très proches, puisque nous avions perdu ma mère il ne nous restait plus que l’autre pour seule famille.

    Mon père après avoir arrêté l’écriture rentra dans une maison d’édition, quant à moi je suivais des séances chez le psychologue. Malgré ça je me refermais petit à petit sur moi-même, ne parlant quasiment à personne, gardant pour seule compagnie mes livres, mes cours et mes idées noires. C’est à cette période-là que le psychologue me proposa l’idée de commencer un journal intime puisque je n’avais pas de confident et que je refusais de me confier à lui, il pensait que la meilleure solution était de me confier à un livre dont je serais la seule à connaitre le contenu. Et c’est pourquoi aujourd’hui j’écris ces lignes contant l’histoire de ma vie, ou du moins les passages qui me semblent avoir de l’importance, dans le seul but de soulager la peine de la perte de ma mère et d’extérioriser cette souffrance qui me ronge.
    Cette souffrance qui perdure depuis maintenant plusieurs mois sans s’effacer, sans diminuer d’intensité mais dorénavant je suis seule à souffrir, mon père lui a partagé son chagrin avec une femme qu’il a rencontré lors d’un voyage d’affaire à Versailles en France. Je ne comprends pas comment il a réussi à passer outre sa peine et à aimer à nouveau mais je suis heureuse pour lui s’il l’est à nouveau avec cette femme. D’après lui elle a aussi perdu son mari à la même période que nous avons perdu ma mère, elle doit donc comprendre ce qu’il subit aujourd’hui et est donc capable de pouvoir l’aider, peut être que c’est ce qui lui a permis de s’en sortir, peut être que cette femme lui permet de ne pas sombrer comme moi et de tenir bon, de reprendre gout à la vie. Si c’est le cas alors je suppose que je dois me réjouir pour lui et c’est ce que j’arrive plus ou moins à faire, du moins il a l’air de le croire.
    Mais il devient de plus en plus stricte et me pousse d’avantage dans mes études m’en demandant toujours plus, je me dis qu’il fait ça pour mon bien, qu’il me pousse à étudier pour que je réussisse ou peut-être pour que j’oublie enfin ma peine, que je passe à autre chose comme on dit. Mais je ne veux pas oublier, je ne veux pas passer à autre chose, je ne veux pas oublier ma mère.

    Voilà maintenant 1an qu’il fréquente cette femme et voilà qu’il va l’épouser, je suis heureuse pour lui, sincèrement, le voir souriant me réchauffe le cœur, il m’a demandé de composer la musique de leurs noces et j’ai accepté, je me suis dit qu’il était tant de renouer avec la musique et que ma mère n’aurait pas aimé cette tristesse et cette vie morne sans une once d’art qu’était devenu mon quotidien alors je m’y suis remise.
    Je pense que le déménagement à Versailles m’a finalement été bénéfique également, le changement a du bon, il permet de tourner la page sans totalement oublier. C’est ce qu’il me fallait je crois, du changement. Maintenant j’ai un nouveau lycée, de nouveaux amis, une nouvelle famille, un nouveau foyer, il faut dire qu’entre Édimbourg et Versailles le changement est total voir presque déroutant mais dans mon cas c’est une très bonne chose.

    J’ai pris option musique au lycée, les cours de musique me manquaient beaucoup et ainsi j’ai la possibilité de m’améliorer encore dans ce domaine, c’est redevenu ma vie : les études et la musique.
    J’ai 17ans. Aujourd’hui en option musique je suis arrivée comme toujours en avance, la salle était toujours ouverte aussi je me suis installée, comme souvent après le déjeuner je venais ici et travaillais quelques morceaux. Je me suis donc installée au piano et j’ai fermé les yeux. Les premières notes du canon de Pachelbel résonnaient ensuite dans la salle de musique, mes doigts se baladaient avec aisance, caressant les touches du piano, je n’avais pas besoin d’ouvrir les yeux, je connaissais l’instrument par cœur comme s’il faisait partit de moi, comme s’il était une extension de mon corps et je connaissais la mélodie par cœur depuis bien longtemps. Une fois la mélodie finie je laissais mon esprit vagabonder et entrepris de jouer des notes qui me venaient c’est alors que me rendis compte que c’était un air qui me trottais dans la tête depuis quelques temps: Somewhere Only We Know de Keane. J’entamais alors les premières notes de la chanson, la jouant de mémoire et chantant les paroles les yeux fermés me laissant transporter par la musique, comme à chaque fois que je jouais je me trouvais dans un monde parallèle, dans un autre univers ou seul la musique et le piano existait. Ce n’est donc qu’à la fin de la chanson lorsque j’entendis des applaudissements que je me rendis compte du regard des quinze élèves et du professeur sur moi. Tous me félicitèrent alors que je me dépêchais de quitter le piano pour me soustraire à leur regard. C’est à la fin du cours qu’une fille vint me voir pour me proposer de jouer et de chanter dans son groupe car elle avait apprécié ma prestation.
    Je me suis donc retrouvée le lendemain soir chez elle pour faire écouter à tout son groupe ce que donnait ma voix sur leurs musique et si j’arrivais à suivre leur partitions au clavier, c’était un groupe pop qui jouait dans un tout petit bar en ville, elles étaient super sympa et je m’efforçais d’effacer cette timidité qui avait toujours fait partie de moi.

    Je suis devenue au fils des années un membre à part entière du groupe, en plus d’être au clavier et au chant j’étais aussi la parolière du groupe, qui aurait crus que la littérature que mon père me faisait étudier depuis toute petite puisse me servir en musique ? Et qui aurait crus que la petite fille solitaire, isolée et qui n’avait pour seule compagnie que ses livres devienne un jour une adolescente qui jouait dans un groupe une fois par mois dans un bar ?
    Je viens de finir le lycée et je dois choisir où je vais aller, il est bien sur évident que je vais aller en littérature forcément, les filles du groupe ont l’intention d’aller à l’université de  Nanterre mais mon père préfère me mettre dans une faculté sorcière, j’ai donc choisis l'université socière de Paris pour poursuivre mes études, d’abord parce que mon père tenais à m’envoyer là-bas mais également parce que la formation littéraire semblait de qualité et que je pouvais continuer à jouer avec le groupe.
    Je me plais bien à cette fac, les gens y sont sympa, les cours sont intéressant et je suis assez tranquille pour travailler à la bibliothèque, en parallèle notre petit groupe a trouvé un bar où jouer tous les vendredi soir à Paris et j’y passe de super soirée. J'ai également réussi à avoir une chambre d'étudiante à la fac, ce qui est plutôt pratique parce que je ne suis pas fan des transports en commun...

    Ce soir-là il m’est arrivé quelque chose de fou, j’ai l’impression que tous les contes qu’on me raconte depuis que je suis enfants sont devenus vrai et que je suis la princesse de l’un d’eux.
    J’ai joué au bar comme tous les vendredis sauf que cette fois mon regard a croisé celui de quelqu’un, de magnifiques yeux dans lesquels je me suis perdue pendant toute la chanson, je ne regardais que lui de toute la prestation et il ne détachait pas son regard du mien. A la fin de la dernière chanson je suis allée au bar boire un verre d’eau et il est venu à ma rencontre, nous avons parlés pendant des heures et des heures sans voir le temps passer puis nous sommes allé danser un peu tandis qu’un autre groupe jouait. Il y avait une tension palpable entre nous, comme si nous étions attirés l’un par l’autre, j’avais cette irrépressible envie d’être au plus proche de lui, de me blottir dans ses bras alors que je ne le connaissais que depuis le début de la soirée, mais il semblait ressentir la même chose, luttant contre ça sans doute pour que je n’aie pas une mauvaise image de lui. Et alors que je manquais de tomber il me rattrapa, réduisant la distance qu’il y avait entre nous, je sentais son souffle tiède sur ma peau, son cœur battre contre le mien et je ne voyais que ses yeux, c’est alors sans réfléchir que mes lèvres rencontrèrent les siennes et que nous nous embrassâmes. Ce baiser fut mon premier et je m’en souviendrais toute ma vie, nous venions de nous rencontrer et pourtant j’étais certaine qu’il était l’homme de ma vie, ma moitié et que nous étions destinés l’un à l’autre. J’avais passé toute la soirée avec lui et garder tout ce qu’il fallait pour le recontacté j’avais passé la plus belle soirée de toute mon existence.

    Mais j’allais bien vite déchanter. Car ce n'est que le lendemain que je découvris avec horreur que nous avions des points communs dont j'ignorais l’existence la veille. En plus d'être dans la même fac et dans la même résidence universitaire, nos famille se connaissaient et elles se détestaient. Mais contre toute attente il me promis que la passion qui l'animait tout comme celle qui brûlait en moi était plus forte que ça ! Nous étions follement amoureux l’un de l’autre et notre amour était plus fort, plus passionné que ça et rien ni même les querelles de nos familles ne pourraient nous séparés.

    « Je suis Juliette Capulet, il est Roméo Montaigu et nous vivons un amour secret et interdit. »



    Caractère

    Lily-Rosalie est plutôt gentille, souriante, très altruiste et bienveillante. Elle est du genre réfléchie, calme et passionnée.Elle est assez sociable mais parfois timide. Elle a tendance à être travailleuse et déterminée. Elle est passionnée de littérature et adore jouer du piano. Elle joue dans un groupe pop composé de fille qui joue tout les vendredis dans un bar de Paris. Passionnée également de musique elle ne sort jamais sans son iPod. Elle vit un amour secret et ne pourrais pas vivre sans l'être aimé. Elle parle plusieurs langues  et adore passer du temps à la bibliothèque. Elle aime parler avec les gens mais n'a aucun problème à rester seule. Elle adore aussi aider les gens, puisqu'elle est très altruiste  et ne supporte pas de ne pas pouvoir aider quelqu'un. Elle aime beaucoup les chamallow et le chocolat et plus particulièrement les nounours en guimauve, elle est donc plus sucrée que salé. Elle est fière de ses origines française et se fiche un peu du surnom qu'on lui donne: Lily, Rose ou Line 
    Physique

    Elle a des cheveux blond mi-long et ne les  attache quasiment jamais. Elle a les yeux bleu très clair c'est pourquoi elle est met souvent des lunettes de soleil pour se protéger de la lumière. Elle aime mettre des robes et des jupes mais ne met pratiquement jamais de chaussures à talon car elle trouve ça peu pratique. Elle prend rarement soins d'elle quand elle ne compte pas sortir et ne prend la peine de se maquiller convenablement que quand elle va voir Chris. Elle porte parfois des lunettes de repos pour travailler ou quand elle est à la biliothèque.


    In Real Life


    • Quel est votre prénom/pseudo ? Potatoes
    • Quel âge avez-vous ? 1000ans
    • Comment avez-vous connu le forum ? Schizophrenia
    • Quelques critique ou remarque constructive à faire sur le forum ? Non
    • Quel est le code règlement? OK
    Revenir en haut Aller en bas
    Voir le profil de l'utilisateur
     
    Lily-Rosaline Deschanel ~ La musique c'est du bruit qui pense
    Revenir en haut 
    Page 1 sur 1
     Sujets similaires
    -
    » Un peu de musique et beaucoup de bruit [With Shad et Tommy]
    » Décès d'Éval Manigat, père de la musique du monde québécoise
    » La musique au Moyen Âge
    » musique amerindienne
    » Musique médiévale

    Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
    L'école Richelieu :: Administration :: Présentations :: Validées-
    Sauter vers: